Concours d’Elegance: Dream Cars and Lovely Ladies

by Patrick Lesueur

[Cher lecteur, la traduction française de cette critique se trouve en bas de la page.]  

Fancy as they are, classic-car concours like Pebble Beach, Villa d’Este, Schloß Dyck etc. are mere replicas of the events that used to take place in the prewar days in Deauville, Bournemouth, Cannes, Paris Bois de Boulogne, etc. However, the association of the most beautiful cars and women of the time is a concept that, in today’s overly politically correct climate, seems to have no place. How is parading in a Bugatti Veyron, a Rolls-Royce Phantom drophead, or a brand-new Ferrari with a top model on your arm a greater sin than showing off your multi-million dollar vintage car with the missus decked out like Greta Garbo draping herself across the hood? O tempora, o mores!

Back when the idea of pairing beautiful cars and beautiful ladies first came about, it was intended as the epitome of class: the women wore haute couture dresses color-keyed to the cars and were flanked by dogs that symbolized the virtues of the coachbuilders: Afghan greyhounds, Scottish terriers and the like enhancing the lines of the wings/fenders and bonnets/hoods. In those days, people like André de Fouquières, THE Master of Ceremonies, could boost the sales of a couturier, make a breed of dog the in-thing and, of course, extoll the talent of a coachbuilder . . .  who would immediately be swamped with orders.

Unlike today, there was a big difference: unless s/he was rich, famous, and a movie star, the owner was rarely on the catwalk. The car was driven by a chauffeur, the accompanying lady was often a couturier model or a socialite, and the dog belonged to a famous breeder! The cars and the dresses were the stars—the people were just accessories! But there were similarities too: you did not need to own an up-market car to take part and win, just like at Pebble Beach today where a small Austin can win a big prize!

This book retraces the evolution of the concept, which started with one-off (car) models and soon after the war increasingly switched to showcasing the very production models you’d find on the street, the only difference being a few more accessories and a more dashing paint scheme to jazz things up.

The illustrations are many, and of course, in black & white, though you’ll also find the odd watercolor rendering. Most were first published in contemporary magazines like Fémina, l’Illustration, La Mode Automobile etc. and, since the author is French (as is the publisher of the original edition, ETAI), the emphasis is on French venues. But not all the pictures were taken at concours; The author also uses coachmakers’ photographs, color renderings, posters. Most of the car makes are represented. The pictures are of a generous size and they are nicely laid out, and their captions are always very elaborate and informative.

There are two main parts to this book: From the Roaring Twenties to World War Two, and From Austerity to Fins and Chrome. The first part deals with the Golden Age of coachmaking, an era during which the cars were flashy and exotic and vastly expensive—mostly unattainable by the crowds that would come to the concours on their bicycles or by bus and go home dreaming. This part is lavishly illustrated and although the black & white photos are less flashy than what we’re accustomed to from modern-age concours reports, the atmosphere of the prewar period is well captured. The presence of the small Renault Juvaquatre by the end of the first part prefigures what the days to come would be like.

The second part is naturally divided from the first one by the second world war. France was in ruins and most of the coachmakers ceased to work one after the other. The lack of chassis, the lack of skilled workers, the switch to monocoque bodies, and new production methods based on things learned during the war spelled the end of the previous era of bespoke bodies. The mass-produced car was the way of the future—and even it commanded an often year-long wait and payment six months before delivery!

The few surviving firms (such as Chapron, Franay, Figoni, Saoutchik) used the gradually disappearing concours to promote their work but it was soon obvious that there was no future in custom coachbuilding. Coachbuilt cars often cost four times more than their production counterparts and were simply not competitive in the marketplace. This was the time when mass-produced automobiles became more affordable and automobile salons replaced concours d’elegance, apart from the Lac d’Enghien, Vichy, and a few others. American presence in postwar Europe had familiarized the population with “elegance à l’américaine,” i.e. chrome all over the place, never-ending hoods and rear fenders “as long as the Queen Mary!” Soon Cadillac Eldorados and Lincolns appeared at concours alongside Renaults 4CV.

From then on, the means of promoting new cars changed dramatically and the original concept of the concours d’elegance was slowly replaced with the form we know today, except that the classic cars are probably in better shape than they ever were when they first left the factory!

Lesueur only wanted to share a few motoring moments of yesteryear, and so his book is not exhaustive but only covers the crème de la crème automobiles between 1920 and 1960. Thanks to the large number of photographs it will be of particular interest to all those who, like myself, didn’t read Fémina and lived too far away from Cannes! It doesn’t look like a compilation of catalogs because the photos were often taken by press photographers whose main skills were to freeze a moment in life and capture a particular atmosphere, not to produce technical or sales material. This is certainly the main asset of this book.

There is a coachbuilder’s index at the end of the book but that’s all—I would have appreciated a manufacturer’s index too, but a small index is better than none and a definite improvement over the way French books are normally done.

 

Copyright 2012, André Blaize (speedreaders.info)

Concours d’Elegance: Dream Cars and Lovely Ladies
by Patrick Lesueur
Dalton Watson Fine Books, 2011
208 pages, 300 b/w illustrations, hardcover
List Price: $69/£42
ISBN 13: 978-1-85443-250-6

 

[… et en français:]

Tout aussi spectaculaires qu’ils soient, les Concours d’Elégance de voitures classiques comme Pebble Beach, Villa d’Este, Schloß Dyck etc. ne sont que des répliques des événements qui avaient lieu avant-guerre à Deauville, Bournemouth, Cannes, au Bois de Boulogne à Paris, etc. Cependant, l’association des plus belles voitures et des plus belles toilettes du moment est un concept qui, à notre époque où chaque chose doit être politiquement correcte, n’a plus sa place. Comme si parader dans une Bugatti Veyron, un cabriolet Rolls-Royce Phantom ou une Ferrari flambant neuve aux côtés d’un top model était plus immoral que de s’afficher au volant d’une voiture des années 30 valant plusieurs millions d’Euros avec une épouse déguisée en Greta Garbo ? Autres temps, autres mœurs…

A l’époque où naquit l’idée de combiner belles voitures et belles femmes, il s’agissait d’atteindre le summum de l’élégance : les femmes portaient des robes de haute-couture dont les couleurs étaient assorties aux voitures et elles étaient flanquées de chiens qui symbolisaient les vertus des carrossiers : lévriers Afghans, terriers d’Ecosse et autres mettaient en valeur les lignes des ailes et des capots. A cette époque, des gens comme André de Fouquières, le maître de cérémonie par excellence, était capable de booster les ventes d’un couturier, de faire d’une race de chien la coqueluche de ces dames et, bien sûr, d’exalter le talent d’un carrossier qui se voyait immédiatement débordé de commandes.

Contrairement à aujourd’hui, il y avait une différence importante : à moins qu’il/elle soit riche, célèbre, star de cinéma, le/la propriétaire était rarement au volant. L’auto était conduite par un chauffeur, la dame était souvent un modèle de couturier ou une célébrité du « Tout Paris » et le chien venait d’un chenil à la mode ! Les voitures et les robes faisaient le spectacle – les personnages n’étaient que des accessoires ! Mais il y avait toutefois des similitudes : il n’était pas indispensable d’avoir une voiture haut de gamme pour participer .. et gagner, tout comme à Pebble Beach aujourd’hui où une petite Austin peut gagner un grand prix !

Ce livre retrace l’évolution du concept qui débuta avec des voitures uniques de carrossiers,  et qui, après guerre, glissa vers les modèles de production industrielle que l’on pouvait rencontrer sur la route, les seules différences étant une poignée d’accessoires et des teintes bicolores plus chatoyantes pour faire le spectacle.

Les illustrations sont nombreuses et sont bien sûr en noir et blanc, bien que l’on trouve occasionnellement des gouaches de carrossiers en couleurs. La plupart furent publiées dans les magazines d’époque comme Fémina, L’Illustration, La Mode Automobile etc. et comme l’auteur est français (tout comme l’éditeur, ETAI) l’accent est mis sur les événements de ce pays. Mais toutes les photos n’ont pas été prises à des concours d’élégance. L’auteur utilise aussi des photos d’archives de carrossiers, des études à l’aquarelle ou à la gouache et des affiches. La plupart des marques automobiles sont représentées. Les photos sont d’une taille généreuse et sont bien mises en page. Leurs légendes sont toujours très développées et informatives.

Le livre est constitué de deux parties : Des Années Folles à la Guerre et de l’Austérité aux Ailerons et Chromes. La première partie traite de l’Age d’Or de la carrosserie, une époque durant laquelle les voitures étaient spectaculaires, exotiques et terriblement chères – hors de portée des foules qui venaient aux concours d’élégance sur leurs vélos ou en bus et qui rentraient chez elles la tête pleine de rêves. Cette partie est richement illustrée et bien que les photos n&b soient moins brillantes que celles auxquelles nous sommes habitués aujourd’hui dans les reportages sur les concours d’élégance, l’atmosphère de l’époque est particulièrement bien traduite. La présence des petites Renault Juvaquatre vers la fin de la première partie préfigure ce qui allait se passer dans un futur proche.

La seconde partie est naturellement séparée de la première par la seconde guerre mondiale. La France était en ruines et les carrossiers cessèrent leur activité les uns après les autres. Le manque de châssis, le manque de main d’œuvre qualifiée, le passage aux carrosseries monocoques,  et les nouvelles techniques de fabrication issues de la guerre précipitèrent la fin des carrosseries sur mesures. La production de masse était l’avenir – même si les délais étaient souvent d’une année et qu’il fallait payer l’auto 6 mois avant la livraison !

Les rares carrossiers survivants, comme Chapron, Franay, Figoni, Saoutchik, utilisèrent les concours d’élégance pour promouvoir leurs produits mais il devint vite évident qu’il n’y avait plus aucun futur dans la carrosserie traditionnelle : leurs voitures coûtaient souvent quatre fois plus cher que les mêmes modèles de série. A cette époque les voitures devinrent plus abordables et les Salons remplacèrent bientôt les concours d’élégance – à part le Lac d’Enghien, Vichy et quelques autres. La présence américaine dans l’Europe d’après-guerre avait familiarisé la population avec « l’élégance à l’américaine », c’est-à-dire, des chromes partout, des capots interminables et des ailes longues « comme le Queen Mary » ! Bientôt des Cadillac Eldorado et des Lincoln côtoyèrent les Renault 4CV dans les concours.

A partir de ce moment là, la manière de promouvoir les voitures neuves changea complètement et le concept originel du concours d’élégance fut lentement remplacé par la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, à part que les voitures classiques sont probablement en meilleur état que le jour où elles ont quitté l’usine ! et qu’elles sont parfois même sur-restaurées.

Lesueur a voulu simplement partager quelques tranches de vie de l’automobile d’autrefois, son livre ne se veut pas exhaustif mais il couvre cependant la fine fleur de l’automobile de 1920 à 1960. Grâce au nombre important d’illustrations, il intéressera tous ceux qui, comme moi, ne lisaient pas Fémina et habitaient trop loin de Cannes ! Ce n’est pas non plus une compilation de catalogues car les photos étaient souvent prises par des photographes-reporters dont le talent était surtout de capturer des atmosphères particulières, pas de produire du matériel commercial ou technique. C’est certainement l’atout principal de cet ouvrage.

Il y a un index des carrossiers à la fin du livre mais c’est tout – j’aurais aimé y trouver un index des marques et modèles, mais bon, un petit index est toujours mieux que pas d’index du tout. C’est donc un léger progrès sur ce que nous offre habituellement l’Edition française.

 

Copyright 2012, André Blaize (speedreaders.info)

Concours d’élégance: le rêve automobile
Patrick Lesueur
Editions E.T.A.I. Paris (Publié le 8 Juin 2011)
Pages: 191; 300 photos n&b et couleurs
Prix conseillé: €45
ISBN: 2726895425
EAN: 978-2726895429

concours d’elegance automobile


New From: $219.08 USD In Stock

RSS Feed - Comments

Leave a comment

(All comments are moderated: you will see it, but until it's approved no one else will.)